dimanche 31 janvier 2016

Balzac et la Petite Tailleuse chinoise - Dai Sijie

Balzac et la Petite Tailleuse chinoise est un roman de Dai Sijie, publié en 2000 en collection Folio et Gallimard. C’est un roman dont l’action se déroule dans une région reculée de la Chine pendant la période de la Révolution Culturelle de Mao Zedong, visant principalement les intellectuels comme les parents des deux personnages principaux, étant dentiste et médecins très réputés. Les deux personnages principaux sont amis d’enfance et ont 17 et 18 ans. Tout débute en 1971, où le narrateur de 17 ans est envoyé avec son meilleur ami Luo, 18 ans, dans la montagne du Phoenix du Ciel, dans la province du Sichuan en Chine pour se faire « rééduquer » par les paysans de cette montagne. La cause de cet « exil » est le fait qu’ils sont considérés comme des intellectuels. Durant leur séjour en exil, ils vont rencontrer le célèbre tailleur de la montagne et sa fille. Ces rencontres vont changer la donne puisqu’ils vont tomber amoureux de cette Petite Tailleuse chinoise. Un autre « rééduqué », le Binoclard, prête aux deux amis un livre « interdit », Ursule Mirouët de Balzac, contre un service rendu. Ce prêt est un autre tournant dans la rééducation de ces deux jeunes amis puisqu’ils ont soif de ces lectures interdites et volent au Binoclard, ses livres interdits afin de se cultiver et cultiver la Petite Tailleuse chinoise…
Comment Balzac et la Petite Tailleuse chinoise met-t-il en avant la thématique de l’exil ?
Tout d’abord, nous allons parler de l’exil, par rapport au déracinement des origines et à l’épreuve qu’elle représente. Puis nous parlerons de ce que peut apporter l’exil, tel un renouveau.



Dans ce livre, l’exil se fait au sein même du pays chinois. Les deux jeunes personnages sont contraints de quitter leur ville natale pour les montagnes chinoises comme beaucoup de jeunes rééduqués comme eux. Luo et son meilleur ami habitaient en ville. Leurs parents étaient des « intellectuels », c’est-à-dire qu’ils étaient médecins : pneumologue et spécialiste des maladies parasitaires pour les parents du narrateur et dentiste réputé pour le père de Luo. Ces trois personnes sont des « ennemis du peuple ». De ce fait, ces deux jeunes garçons sont contraints à l’exil dans les campagnes chinoises. « Des millions de jeunes nous avaient précédés, et des millions allaient nous succéder. » dit le narrateur au début de l’histoire. Ce choix politique est vu comme un arrachement des origines pour ces jeunes « intellectuels » qui sont déracinés de leurs villes d’origine et arraché à leurs familles. Cet exil forcé confronte le narrateur et son ami, Luo, à un « nouveau peuple », une « nouvelle » culture qu’ils ne connaissent pas. Ils sont donc forcés de s’adapter à ce monde différent pour eux. C’est un choc pour ces deux jeunes compères surtout qu’ils ne sont pas reçus correctement dans ce village reculé de la montagne du Phoenix du Ciel. Les deux personnages principaux doivent s’adapter à cet environnement hostile et différent. Il s’agit d’une épreuve vers un monde nouveau. Mais malgré cet exil forcé dans un endroit hostile et différent du leur, l’exclusion des deux jeunes garçons leurs permet aussi de grandir, de mûrir et d’avoir une vision différente du monde.
Il s’agit aussi d’une possibilité d’un nouvel avenir qui peut leur permettre de grandir et de mûrir à travers les différentes épreuves qui leurs arrive. Ils sont confrontés au sexe opposé en la présence de la Petite Tailleuse chinoise, les premières amours, les premières peines de cœurs, à l’amour... Mais aussi confrontés à la confiance des uns envers les autres, au défi, à la honte ou au mépris du genre humain, par le biais des différents personnages qu’ils sont amenés à rencontrer tel le Binoclard, le vieux meunier reclus dans sa montagne ou encore le vieux pasteur de la ville voisine. Cet exil est donc formateur pour ces deux jeunes de 17 et 18 ans.
Et surtout, cet exil de la ville aux campagnes chinoise durant les années 70’ permet à Luo et son meilleur ami de se construire et de s’instruire davantage. C’est aussi un renouveau pour ces deux jeunes garçons. C’est un nouveau départ pour eux, comme une nouvelle renaissance. Ce livre de Dai Sijie met bien en avant la thématique de l’exil dans la mesure où l’auteur réussit à montrer différents aspects de l’exil.
Ce récit démontre bien l’arrachement aux origines et à la famille, l’épreuve que cela représente et que cette épreuve est finalement pris comme un nouveau départ, un renouveau dans la vie des exilés. Par Balzac et la Petite Tailleuse chinoise, Dai Sijie nous donne un véritable récit de vie bouleversant et prenant.

1 commentaire:

  1. Une bonne petite lecture, mais je reste convaincu qu'il y avait encore bien mieux à faire avec des sujets aussi prometteurs. Du coup j'ai été un peu déçu par cette lecture.

    RépondreSupprimer