mercredi 19 avril 2017

Blabla - Maltraitance Animale / Protection Animale


La protection animale n’est pas un monde de bisounours, c’est un groupe formel c’est-à-dire un ensemble de personnes qui ont les mêmes convictions.







Mais pourquoi vous parler de protection animale ? Je ne pourrai jamais vraiment expliquer cet attrait que j’ai eu envers les animaux, la seule chose que je peux affirmer c’est qu’il m’est impossible de leur faire du mal. C’est de fil en aiguille que j’ai décidé de faire de la protection animale. Comme beaucoup de personnes, je suis une passionnée des animaux, en particulier des chiens. Puis par la suite, j’ai compris certaines choses.

Parce que nous sommes pour la plupart incapable de faire du mal à un animal, pourtant seule une minorité réagit fasse à la maltraitance, l’exploitation, le meurtre de ces individus sans défense.

Nous pouvons distinguer des différences de convictions chez les personnes protégeant les animaux. Nous pouvons différencier ceux qui donnent de leur argent et de leur temps pour aider et sauver les animaux de compagnies (chiens, chats, chevaux, etc.) à ceux qui donnent de leur temps pour l’intégralité des espèces animales dont les animaux utilisés pour l’élevage par exemple.
Certaines personnes vont donc œuvrer pour secourir les animaux abandonnés et maltraités. Vous connaissez sans doute ces associations comme la fondation 30 millions d’amis et la Société Protectrice des Animaux qui luttent en particulier pour la fin des abandons, la stérilisation des chats, les réquisitions, l’adoption des animaux, les poursuites judiciaires pour actes de maltraitances, etc.

En poursuivant la lecture de cet article je vais vous évoquer POURQUOI et COMMENT d’autres personnes et associations se sont différencier de ces deux grandes associations.

Nous sommes nombreux à connaitre la fondation Brigitte Bardot, mais est-ce que vous connaissez la personne qui l’a créé ? Avant de mettre tout son argent dans sa fondation, Brigitte Bardot a fait le buzz en participant à une action aux côtés de Green Peace avec Paul Watson sur le sujet du massacre des bébés phoques pour leur fourrure.  Ce massacre se passant au Canada : est-ce que les français ont réagi ? Certes, choqués, indignés, révoltés, mais rien de plus. Pourtant il se passe le même type de massacre chez nous, à la différence que ce n’est ni pour la même finalité ni avec les mêmes animaux.

3 millions d’animaux tués chaque jour en France pour notre consommation de viande. Sans oublier les victimes collatérales, comme les 40 millions de poussins mâles tués par les couvoirs en France car jugés inaptes à la production d'œufs. Ces animaux-là, meurent dans l’indifférence la plus totale. Grâce aux enquêtes de l’association L214 Ethique& Animaux de nombreuses vidéos prisent par caméras cachés dans les différents abattoirs français ont révélées des images choquantes à la population.  Les réactions sont nombreuses mais le changement l’est moins. Pourtant,
Seriez-vous capable de tuer vous-même l’animal que vous allez manger ?

En fait, il existe ce qu’on appelle une dissonance cognitive, c’est-à-dire lorsque les faits et la réalité sont en contradiction avec nos croyances. Cela crée un inconfort psychologique que nous cherchons à réduire. Par exemple ne pas vouloir de mal aux animaux et cependant s’en nourrir, jouir des avantages que cela procure (bénéfices gustatifs, bénéfices en termes d’intégration sociale…), causant de la sorte leur souffrance et leur mort. Une notion découverte grâce au livre « Voir son steak comme un animal mort » de Martin Gibert.

C’est pour toutes ces raisons que j’ai non seulement décidé de changer mon mode de vie en devenant végane mais aussi en militant car ne rien faire c’est laisser faire et qu’une fois que nous connaissons tout cela il est difficile de se le pardonner. Comment une seule espèce peut – elle être autant destructrice moralement ? Oui « moralement » car même si aux yeux de la loi, il est possible de tuer pour son plaisir gustatif ou de divertissement, en quoi est-ce justifiable ?
En tout cas, sans trop rentrer dans les détails, la protection animale est très vaste (corrida, fourrure, cirques avec animaux, chasse, vivisection, etc.). Que ça soit pour sauver un animal, dénoncer l’exploitation animale, il y a toujours pleins de choses à faire et trop de thèmes à aborder. Heureusement de plus en plus de livres existe sur ces sujets, comme par exemple « Corrida : La honte » de Roger Lahana ou « Profession : Animal de laboratoire » d’Audrey Jougla. C’est d’ailleurs grâce à la découverte de ce livre que j’ai décidé de militer avec le CCE²A. Et nous faisons beaucoup plus que militer : nous sauvons des vies.

Article proposé par Mélany, créatrice de Contre La Maltraitance Animale

4 commentaires:

  1. C'est horrible ce que certaines personnes font. Moi aussi j'adore les animaux et je n'accepte pas toutes ces horreurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien d'accord ! Es-tu végé ?

      Supprimer
    2. Je pense parce que je comprends pas trop les termes comme vegetalien...Moi je mange pas de viande mais je mange les oeufs et très rarement du poisson.

      Supprimer
    3. Tu es "pesco-végétarienne" alors si je peux dire ! :)
      Voici quelques définitions pour t'aider :

      Végétarien : personne qui ne consomme aucune chair animale, c'est à dire aucun animal terrestre (oiseaux, insectes, mollusques, bovins, etc.) ou animal marin (poissons, « fruits de mer » - crustacés, mollusques -, mammifères marins - baleine -, etc.). Un végétarien ne consomme, bien sûr, aucun sous-produit de l’abattage des animaux, par exemple la gélatine, la présure, le caviar.

      Lacto-végétarien : Végétarien qui consomme du lait, mais pas d’œufs.

      Ovo-végétarien : Végétarien qui consomme des œufs, mais pas de produits laitiers.

      Végétalien : personne qui ne consomme ni chair animale, ni sous-produit d’animaux terrestres ou marins, ni œufs, ni lait, ni miel.

      Le végétarisme et le végétalisme sont uniquement liés à l'alimenttion. Par contre, le veganisme est un mode de vie.

      Vegan : terme anglo-saxon, souvent traduit par « végétalien » en français. Seulement, un vegan, en plus d’être végétalien, n’utilise aucun produit d’origine animale dans toutes les facettes de sa vie. Que ce soit ses habits, chaussures, produits cosmétiques, objets divers, agriculture, loisirs, etc.. Il n’utilise donc ni cuir, ni laine, ni fourrure, ni cire d’abeille, ni produits testés sur les animaux, n'est pas client des delphinariums, zoo ou aquariums, n'assiste aux spectacles que de cirques SANS animaux, etc.. Un vegan n’accepte d’utiliser dans sa vie, que des produits non-issus de la souffrance d’un animal. Ce mode de vie reste un idéal mais il tient à chacun d’y tendre suivant ses possibilités.

      Ils viennent du site http://www.contre-la-maltraitance-animale.fr/

      Supprimer