dimanche 19 février 2017

BLABLA #1 - Harcèlement scolaire

Hello mes p’tits loups, j’espère que vous allez bien. Aujourd’hui, je reviens vous parler d’un sujet un p’tit peu spécial et qui me tient très à cœur !
Si vous me suivez sur Twitter et Facebook, vous savez sûrement que j’ai débuté l’écriture d’un roman sur le thème du harcèlement scolaire. Vous pouvez d’ailleurs retrouver le prologue ICI.



Définition :
D’après le Service Public, il y a harcèlement scolaire lorsqu'un élève a des propos ou comportements répétés vis-à-vis d'un autre élève entrainant une dégradation des conditions de vie de la victime. Cette dégradation peut être de l'anxiété, une dépression, une chute des résultats scolaires...
Les actes concernés peuvent être des brimades, des humiliations, des insultes répétées...
Les faits sont sanctionnés qu'ils aient été commis au sein ou en dehors des bâtiments de l'établissement.
L'âge de la victime et l'utilisation d'internet constituent des circonstances aggravantes.
La loi punit également les menaces de mort et les incitations au suicide.



Début de solutions :
La victime doit dans un premier temps essayer d’en discuter avec son ou ses agresseur(s) mais aussi avec le corps enseignant et la direction, en présence si possible de ses parents ou tuteur.
La direction peut prendre des mesures punitives si celle-ci juge qu’il y a harcèlement scolaire. La victime et les parents peuvent aussi saisir la direction académique des services de l'éducation nationale (Dasen).
Un dépôt de plainte est aussi possible. Cependant, j’ai eu beaucoup de témoignage sur ma page Facebook dans lesquels aller voir la police n’a pas fait grand-chose.
Effectivement, peu de personnes sont formées contre ce genre de situation ou savent vraiment comment s’y prendre !
Je pense vraiment qu’en parler, qu’on soit victime, ancienne victime, témoin, agresseur, parents ou professeur, est l’une des meilleures solutions à faire ! Il faut faire reconnaitre la situation, montrer les faits ! Car le harcèlement scolaire peut aller très loin lorsqu’il n’est pas traité. On peut démontrer beaucoup de suicide et de marques physique ou psychologique suite à du harcèlement scolaire.


Mon histoire :
Durant mon collège et mon lycée, j'ai souvent été mise de côté, pas de vrai amis avant mon année de Seconde (où j'ai rencontré mes 2 meilleurs amis qui ont entrainé d'autres belles rencontres), ça a été surtout une mise à l'écart de la part de mes camarades, quelques insultes que j'entendais ici et là, pour les rumeurs, je n'entendais rien mais je le sentais qu'on parlait dans mon dos et cela continue aussi maintenant au lycée. J'ai été deux ans dans la même classe que ma meilleure amie alors cela m'a beaucoup aidé à ne pas penser aux autres qui parle dans mon dos...
J'ai mon BAC avec 11,42 de moyenne général et je suis rentrée dans l'école de mon choix sur Paris.

Mon engagement :
Depuis 2013, je tiens une page Facebook et un groupe Facebook sur le thème du harcèlement scolaire : Contre Les Violences Scolaire. Dessus, j’y partage des articles de solutions, des témoignages, je prends nouvelle des abonnés, etc…


Sur le groupe, j’anime aussi des discutions avec les membres, je parle de mon projet professionnel, je suis à l’écoute des membres. Ceux-ci peuvent partager des articles sur le thème, ajouter leurs témoignages, demander ou donner des conseils. Vous êtes bien sûr les bienvenus ! Les liens sont en bas de l’article.


Ensuite, je mène deux projets distincts. Dans le cadre de mes études, je dois faire un livre ; pas l’écrire mais m’occuper du travail d’édition. Mon thème est le harcèlement scolaire (comme vous vous en doutez). C’est un projet sur un an et j’en parle régulièrement sur mon groupe. Il ne sera pas imprimé dans la logique du projet néanmoins, mes intervenants (auteur et illustratrice) et moi, sommes d’accord pour réaliser le projet dans l’optique de l’imprimer à la fin de mon projet. Je vous tiendrais au courant de cela l’été prochain.


Mon 2e projet, vous le connaissez surement si vous me suivez sur Facebook et Twitter et j’en ai parlé au début de l’article, il s’agit de l’écriture d’un roman sur ce thème-là. J’y raconte l’histoire de Maé, une jeune française qui va être confrontée au harcèlement scolaire sous plusieurs formes lors de ses années d’élèves. Nous allons la suivre du primaire au lycée.



Où s’adresser :
Stop harcèlement
Accueil des jeunes ou des parents, victimes ou témoins de harcèlement à l’école
Par téléphone au 3020
Service ouvert tout au long de l'année du lundi au vendredi de 9h à 18h, sauf les jours fériés. Numéro vert : appel et service gratuit, depuis un téléphone fixe ou mobile.

Jeunes violences écoute
Écoute et orientation des jeunes victimes ou témoins de violences (racket, violences physiques et verbales, agressions sexuelles...). Informations et conseils adaptés aux situations.
Service également accessible aux parents et professionnels. Appel anonyme.
Par téléphone au 0 808 80 77 00
Numéro gris ou banalisé : coût d'un appel vers un fixe et service gratuit, depuis un téléphone fixe ou mobile. 7 jours/7 (sauf les jours fériés) de 10h à 22h.

Article de Loi :
Article 222-33-2-2 du 4 août 2014 - art. 41 (tout type d’harcèlement)
Le fait de harceler une personne par des propos ou comportements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de vie se traduisant par une altération de sa santé physique ou mentale est puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 € d'amende lorsque ces faits ont causé une incapacité totale de travail inférieure ou égale à huit jours ou n'ont entraîné aucune incapacité de travail.
Les faits mentionnés au premier alinéa sont punis de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 € d'amende :
  1. Lorsqu'ils ont causé une incapacité totale de travail supérieure à huit jours ;
  2. Lorsqu'ils ont été commis sur un mineur de quinze ans ;
  3. Lorsqu'ils ont été commis sur une personne dont la particulière vulnérabilité, due à son âge, à une maladie, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse, est apparente ou connue de leur auteur ;
  4. Lorsqu'ils ont été commis par l'utilisation d'un service de communication au public en ligne.


Les faits mentionnés au premier alinéa sont punis de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 € d'amende lorsqu'ils sont commis dans deux des circonstances mentionnées aux 1° à 4°.


Voilà, j’espère que mon article vous aidera un minimum ! Si vous voulez en savoir d’avantage, vous pouvez me retrouver sur ma page Facebook ICI ou sur mon groupe Facebook ICI.

Et vous, êtes-vous engagé contre le harcèlement scolaire ? Êtes-vous engagé dans une cause (cause animale, droit des femmes, égalité femme/homme, contre la pauvreté,…) ? Si oui, laquelle ? Souhaiterez-vous que je parle de votre cause sur le blog ?


Mathilde Littéraire

15 commentaires:

  1. J'avais fait un article dessus aussi.... Des mauvais souvenirs... J'espère que les générations futures en auront moins, mais je n'en suis pas persuadée du tout :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello :) J'aimerai bien lire ton article, ça m'intéresse ! :) Ce sont effectivement de mauvais souvenirs qui marquent souvent à vie...
      Je pense malheureusement qu'il sera plus ou moins présent quoi qu'on fasse mais faut se battre pour qu'il cesse ou pour qu'il fasse moins de dégats

      Supprimer
  2. Ah ce fameux harcelement... je connais ça mes 4 années de collège renfermé et mes 5 années de lycée pareil presque seule... Aujourd'hui ( 8 ans après être diplômé 14.5 en bep compta 13 en bac commerce), j'ai toujours pas confiance entièrement en moi... mais j'ai un homme et 2 enfants qui sont toutes ma vie et je commence seulement à aller mieux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La harcèlement marque souvent pendant très longtemps et donne peu confiance en soi ! Je suis contente que vous soyez heureuse avec votre famille maintenant :)
      Bisous et bonne soirée :)

      Supprimer
  3. C'est vraiment sympa d'écrire un roman sur le harcèlement scolaire, j'imagine que c'est une oeuvre de fiction ?
    Moi-même, il m'arrive de vouloir écrire un livre sur ce sujet mais je n'ai guère le temps pour cela. Pourtant avec tout ce qu'à vécu mon frère, ses graves problèmes de santé, les plaintes, les tribunaux, les tentatives de suicides, les complications et sa vie de foutue pour toujours; j'aurais de quoi écrire un énorme pavet pendant plusieurs mois... Mais lorsque je replonge dans cette époque, je ne peux m'empêcher d'éprouver de la tristesse et de la colère...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon roman est une fiction oui ! Mais je m'inspire de ce que je lis et ce que je reçois via ma page et mon groupe Facebook.
      J'aimerai bien discuter avec toi par rapport à ce qu'à subit ton frère, si cela ne te dérange pas ! N'hésite pas à me contacter via Facebook ou mon adresse mail.
      Le harcèlement scolaire me fait éprouver aussi les mêmes sentiments que toi, en plus de la peur que cela puisse recommencer (je n'ai pas fini mes études) !

      Supprimer
  4. Je dois avoir le double de ton âge (enfin pas tout à fait quand même :-P) et je suis contente de lire cet article qui me renvoie à mes années collèges ! J'ai eu des périodes compliquées dans un établissement difficile - et encore Internet n'existait pas ! (oui je sais ça fait ancêtre lol). Je ne sais pas si on peut appeler cela du harcèlement mais à l'échelle d'une ado, tout prend des proportions énormes ! Et je crois qu'un ado n'a aucune capacité à prendre de recul sur les événements (non pas qu'il n'en ait pas les capacités intellectuelles mais je crois avoir lu que cela provenait de la maturité cérébrale ou qqchose comme ça -si tu étudies le sujet, tu dois savoir ça mieux que moi ;-) ! -. Maintenant que je suis jeune maman, je me demande surtout comment aider et détecter cela chez un enfant ou ado. Car je suis plutôt convaincue que les victimes ont un peu honte et tendance à se cacher, plutôt que d'aller vers le harceleur ou le corps enseignant ou même les parents ... En tout cas bravo à toi pour le travail que tu amorces sur le sujet; je vais le suivre avec attention !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes encouragements :) Les adolescents se cherchent à cet âge-là, ne savent pas forcément tous faire la différence entre le bien et le mal et ont du mal à mettre des mots sur ce qu'ils vivent oui... Je ne sais pas comment cela s'appelle désolé --'
      Pour ce qui est de détecter le harcèlement chez son enfant ou ado, je pense qu'il faut être à son écoute et faire attention à lui/elle, prendre conscience de son comportement/attitude, surveiller ses affaires, faire son rôle de parent quoi ! :) Car, comme tu l'as dit, la plupart des victimes ont honte ou ne savent pas que c'est mal ou ce qu'est le harcèlement scolaire car ils n'ont pas cette maturité.
      Mon conseil d'aller parler aux harceleurs s'adresse autant aux victimes qu'à leurs entourages ! Si tu détectes que ton enfant est victime, il faut en parler aux enfants/adolescents qui font subir ça au tiens. Et pas forcément qu'aller voir le corps enseignant comme beaucoup le font !

      J'ai beaucoup de témoignage où la personne ou le parent ne va voir que les professeurs, le/la directeur/directrice ou les parents des harceleurs mais pratiquement jamais les harceleurs en question. J'en ai que quelques-uns mais très peu vont voir direct leurs harceleurs !

      Bref, j'espère que ma réponse t'aura éclairé !^^ Désolé pour le pavé mais ton commentaire m'a inspiré ;)

      Supprimer
  5. Coucou ma belle,
    J'ai moi aussi connu le harcèlement à l'école, du coup j'ai été très sensible à ton article et j'ai demandé à rejoindre le groupe FB^^
    On a souvent honte effectivement et perso c'est que longtemps après que j'ai osé en parler comme si avant il ne fallait surtout pas... Bref, bravo pour ta page FB aussi, c'est une très bonne idée, il faut en parler pour faire changer les choses ! J'avais d'ailleurs écrit sur le harcèlement scolaire l'année dernière sur mon blog :)
    Gros bisous à toi ! <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ^^
      Je suis heureuse que tu t'en sois sortie !

      Supprimer
  6. Un article très complet, c'est très interessant. Le harcèlement touche énormément de personnes malheureusement. Je vois que tu es très impliquéec'est super, je te soutiens dans tous ces projets !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma belle !!^^ Je suis d'accord que le harcèlement touche beaucoup trop de jeune... :'(

      Supprimer
  7. Je me suis bien prises quelques remarques puériles en chemin ici et là mais je n'ai jamais été victime de harcèlement, je ne me suis jamais retrouvée mise à l'écart, sans amis, etc. Malgré tout, c'est un sujet qui me touche beaucoup depuis plusieurs années. Et il s'avère que récemment, ma nièce en a été victime et devant l'inactivité totale de l'établissement malgré de nombreuses tentatives de ma soeur (sa maman donc), ils n'ont pas bougé un petit doigt. Même les psychologues de l'école s'en foutaient ... Ma soeur a décidé de la changer d'établissement et maintenant ça va beaucoup mieux. C'est fou que ça n'évolue pas à ce point, avec tout ce qu'on entend ... Et les parents avec qui ma soeur en avait discuté n'avaient pas réagis non plus et l'autre jour elle a reçu un message d'un des parents lui demandant si elle ne voulait pas se joindre à eux pour porter plainte parce qu'il s'avère qu'une des petites filles bourreaux a tabassé leur fille à eux ... Faut en arriver là pour ouvrir les yeux ? :o Je précise que ma nièce a 10 ans ... Si jeunes et déjà tant de violence ? :'(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est horrible comment certains personnels d'établissement ne veulent pas le reconnaître car ce sont des "jeux d'enfants" ou parce qu'ils ne veulent pas le voir...
      Et les enfants, en primaire, début de collège ne se rendent pas compte de la violence. C'est à nous, adulte, de leur inculquer le bien et le mal !
      Courage pour votre sœur et votre nièce ! je suis de tout cœur avec vous.

      Supprimer
  8. c'est une cause qui me tient beaucoup à coeur pour l'avoir vécu tout le long de mon parcours scolaire...j'ai bien hâte de lire ton livre !

    RépondreSupprimer